Bonjour,

Mon histoire ressemble à celles de beaucoup d'autres.

La vingtaine, un esprit anti conformiste, l'envie de pas faire comme les autres. Bref un jour on se retrouve avec un tatouage sur la jambe, un modèle choisi sur un catalogue chez le tatoueur en 30 mn chrono, du grand n'importe quoi d'autant plus que le modèle choisi est grand ! Prise de risque maximale pour un 1er essai...Nous sommes en 2002 de mémoire.

Le temps passe, et lentement mais surement je me rend compte que le tatouage qui habille ma jambe devient de plus en plus pesant au point de finir par en avoir honte. Suffisamment honte pour ne plus vouloir me balader en bermuda en centre ville par exemple.
Arrive donc la phase de rejet : "je ne veux plus de ce tatouage !!" . Des recherches sur internet (nous sommes en 2008) me permettent de découvrir qu'on peut se faire detatouer par laser. Le hic c'est qu'à cette époque pas si lointaine les centres laser ou les dermatos équipés de tels appareils ne courent pas les rues. J'habite Lille et les seules adresses que je trouve sont sur Paris .
Je fouille les quelques forums qui en parlent. Ces forums sont, au 3/4 , remplis par des connards (excusez moi du terme ) qui ne font que moraliser, juger les gens qui veulent se faire detatouer avec des propos du genre "fallait y réfléchir avant ", "un tatouage c'est pour la vie et puis c'est tout" ou sinon des pessimistes du genre "un détaougae c'est hors de prix , ça fait hyper mal et ça marche pas ou peu, je connais le pote d'un pote qui a dit à un pote qu'un de ces potes avait fait un détatouage et ça n'a pas marché ". Je me retrouve donc entre ces "trolls " et les sites de centre laser loin de chez moi qui vantent le détaouage comme quelque chose de si facile que ça en paraît trop beau pour être vrai et donc qui me fait douter.

Au final je contourne le problème et j'opte pour le cover, je décide donc de recouvrir mon tatouage par un autre. Mon 1er tatoo étant déjà assez grand, les possibilités de le recouvrir sont assez limitées. En local je trouve un tatoueur qui travaille sur de l'aplat noir et je dois reconnaître qu'à l'époque ces tatouages me plaisent vraiment beaucoup l. Je me dis donc : "bingo ! Je vais joindre l'utile à l'agréable ". Je me fais donc recouvrir mon premier tatoo par un océan de noire hyper dense agrémenté de figures géométriques (flèches). Nous sommes tout début 2009. Malheureusement , une fois le nouveau tatouage placardé sur la jambe j'en arrive rapidement à trouver que tout ce noir, c'est limite indigeste, d'autre part la nécessité de couvrir un 1er tatoo a limité le choix de la forme et il m'apparaît donc que l'ensemble n'est pas assez longiligne à mon gout.

Début 2011 je continue donc dans l'escalade du "allez encore un peu d'encre , soyons fou !", je me retrouve donc à nouveau chez mon tatoueur pour allonger mon placard et donc le rendre plus longiligne. Ce jour là ni lui ni moins n'étions inspirés puisque le résultat (intermédiaire) est juste inutile, moche, peu inspiré bref c'est d'la merde.
C'est là que l'experience "détatouage " rentre dans ma vie. Cette tentative ratée d'allonger mon tatoo me fait dire "Stop on arrête les conneries pour de bon ". J'annule une autre seance prévue avec la tatoueur pour finir la merde commencée en étant persuadé qu'il sera impossible de rattraper correctement le truc. Je prends rendez vous avec un centre laser qui a ouvert entre temps sur Lille. La laseriste hallucine sur le potentiel chantier que pourrait representer mon detatouage , elle me fait d'ailleurs un tarif plutôt sympa (200€), je pense que face à mon "monstre " elle à eu de la compassion en se disant "lui il va en chier pendant 4-5ans " je vais pas trop alourdir son fardeau.
On commence par petites étapes pour tester la réaction, l'encre étant hyper dense il faut éviter les œdèmes.
Au départ le passage sur l'intégralité de la surface se faisait en 3 fois puis en 2 fois. J'ai fini ma 11ème séance début de cette semaine et il est question maintenant de le faire en 1 fois.
Dans l'absolu je dirais que j'ai douillé à mort, beaucoup plus que le tatouage, l'hyper densité et la taille de mon tatoo en étant la cause. J'ai eu très souvent de très grosse soufflettes remplies d'eau ou de sang ( des phlyctènes) de la taille d'une balle de ping pong voir de tennis avec pendant 1 semaine après séance la nécessité de me bander la jambe., de la tartiner de biafine ; d'être là à boiter comme un rescapé de guerre. Des matins où la jambe fraichement brûlée , engourdie par une nuit de sommeil se reveille à petit feu, une désagréable sensation lancinante dans la jambe pour se réveiller, que du bonheur ! Donc ça rend la chose très contraignante au quotidien. Sans volonté et sans être hyper motivé, honnêtement dans mon cas, impossible de supporter tout ça sur le long terme. J'en suis donc à 11 séances, la douleur s'atténue, il y a moins d'encre donc réactions moins importantes, les phlyctènes commencent à être plus petits (ça c'est vraiment cool pour le coup) et on va bientôt basculer avec ma laseriste sur 1 seule séance pour "lasériser "toute la zone tatouée, je commence donc à sortir du tunnel. Je pense que j'en ai encore pour 1an et demi, ma laseriste me parle d'1 an mais je préfère voir large pour pas être déçu.
J'ai oublié également de mentionner que ma jambe n'a pas pris le soleil depuis que j'ai commencé le laser (Septembre 2011), ça aussi c'est bien contraignant en été ! J'ai un super-plan pour ne pas exposer sa jambe au soleil tout en se mettant en bermuda si ça intérèsse quelqu'un !.
Il est important de savoir que d'un tatouage à un autre le résultat peut varier considérablement.Ma lasèriste m'indique que les tatouages multi-colores type Japonais c'est très compliqué à enlever car selon les couleurs cela nécessite de changer de laser et les pastels ne répondent pas forcément bien au laser . Elle m'a également fait part que des patients qui avaient des petits tatouages pouvaient être très résistants, plus résistant que le mien par exemple. Bref y a pas de logique inébranlable dans le détatouage !

La 2ème photo a été prise après 11 séances et 6 jours après la 11 séance ( je rentre dans la phrase où ça devient des croûtes ) , l'autre bien sûr c'est avant de commencer ce chantier de grande envergure ;-)

N'hésitez pas à me sollicitez les gens !

Cyrille